Accueil > Archives...........Communiqués > DECLARATION COMMUNE CGT, FSU, UNEF, Autremonde, La Cimade, Collectif 31 (...)

DECLARATION COMMUNE
CGT, FSU, UNEF, Autremonde, La Cimade, Collectif 31 mai, Femmes Egalité, JOC, LDH, MRAP, RESF, SOS Racisme

jeudi 26 avril 2012

A l’occasion de ce 1er mai 2012 placé sous le signe de la « Solidarité internationale et
du progrès social », les signataires de la Plateforme : « Pour la régularisation des travailleurseuses
sans papiers et l’égalité de traitement entre Français(es) et Etranger(e)s dans les études
et au travail » réaffirment :

Dans leur très grande majorité, les migrants, qu’ils soient avec ou sans papiers, sont des
travailleurs-euses ou des futurs travailleurs-euses. Ils n’ont vocation, ni à être victimes de la
déréglementation sociale, ni à en être les vecteurs. Ils ne prennent le travail de personne. Ils
sont partie intégrante du salariat.

Avec RESF et dernièrement avec le mouvement de grève des travailleurs-euses sans papiers
et « le groupe des 11 », ces hommes et ces femmes, qui se sont levés pour faire valoir leurs
droits, ont montré qu’ils sont totalement intégrés dans notre pays, que ce soit par leurs
enfants, leurs études, ou leur travail.

En conséquence, dès maintenant, nous demandons :
- La régularisation de tous les grévistes, qui, par leur détermination et leur engagement
dans l’action, ont permis de « faire bouger les lignes » dans la société et dont les
dossiers n’ont pas été encore examinés ou rejetés, en totale contradiction avec les
engagements pris par le gouvernement actuel.
- La mise en place d’un moratoire concernant les mesures d’expulsion.
- L’ouverture immédiate de négociations à partir des points définis par les signataires de
la Plateforme et notamment ceux portant sur :
- 1. La régularisation des travailleurs-e-s sans papiers sur la base des critères
nationaux améliorés, simplifiés, sécurisés par la loi et/ou la réglementation.
- 2. La régularisation des salarié-e-s migrants contraints de travailler « au noir », en
obligeant leurs employeurs à les déclarer (ou en le leur permettant) et en
généralisant ce qui a été mis en oeuvre dans le mouvement des travailleur-e-s
sans papiers.
- 3. La régularisation de tous les jeunes majeurs scolarisés ou en formation, avec
autorisation de travail.
- 4. La délivrance de plein droit de titres de séjour pérennes aux travailleur-e-s
ainsi qu’à leurs familles sur la base des critères définis nationalement.
- 5. L’abrogation de la circulaire Guéant-Bertrand du 31 mai 2011 et la facilitation
de l’obtention d’une carte de séjour permettant aux diplômés étrangers qui le
souhaitent de rester travailler ici.
- 6. L’attribution aux étudiants étrangers d’une carte de séjour pluriannuelle, de la
durée des études en France.
- 7. La généralisation du droit au travail à l’ensemble des détenteurs et des
demandeurs de titres de séjour (y compris les demandeurs d’asile)

Pour appuyer ces légitimes exigences, nous appelons tous ceux et celles qui les partagent à
rejoindre le cortége des signataires de la Plateforme dans la manifestation du 1er Mai.

Paris, le 19 avril 2012

-->