Accueil > Archives.........BILLET D’ACTUALITE > Billet d’actualité du 13 juillet 9 et 10 juillet : beaucoup de conférence, (...)

Billet d’actualité du 13 juillet
9 et 10 juillet : beaucoup de conférence, pas beaucoup de social

samedi 14 juillet 2012

Le Palais d’Iéna, le siège du Conseil Economique, Social et Ecologique, est tout de béton, mais avec des bouts qui tombent…
Cet écrin à beaux discours un peu décrépi convenait très bien aux ministres qui ont animé la « Grande » conférence sociale. Ils ont ouvert beaucoup de chantiers, mais annoncé très peu de mesures changeant la vie concrète.
C’est particulièrement le cas de Mme Lebranchu et de la table-ronde : « Moderniser l’action publique avec ses agents ».
La conférence s’est tenue juste après que les hauts fonctionnaires de Bercy et de la Cour des Comptes (il y a un ministre aux Finances ? ou un Premier Président à la Cour des Comptes ?) aient supprimé toutes marges de manœuvre de 2013 à 2015 : norme « zéro valeur » en dépenses pour l’Etat, 2.5 % de réduction des effectifs chaque année pour les ministères et les fonctions non prioritaires, 15% de baisse en trois ans des dépenses de fonctionnement (dont -7% en 2013), maintien quasi-annoncé du gel du point d’indice, réduction de moitié des crédits réservés aux mesures catégorielles.
La rupture tant annoncée avec le sarkozysme est pour l’instant peu perceptible.

Maintenir un dialogue social avec les fonctionnaires et leurs représentants en abordant tous les sujets sauf l’emploi et le pouvoir d’achat risque d’être très compliqué pour la ministre.
Faire du qualitatif mais jamais du quantitatif est un défi pour l’esprit, le bon sens, et même le sens politique.
La CGT mesure que, quand le gouvernement supprime les dispositions de la loi mobilité qui établissaient l’intérim et le quasi-licenciement de fonctionnaires, il va dans le bon sens. Mais c’est vraiment loin de suffire !

La CGT participera à toutes les négociations prévues, et elle fera tout, en même temps, pour que les fonctionnaires expriment leurs revendications, en toute indépendance par rapport à quelque gouvernement que ce soit !

En fin de compte, Place d’Iéna, la seule institution à la hauteur, c’est le Musée Guimet, un des plus beaux de Paris…