Accueil > L’UFSE > Vie syndicale > Suivi des luttes > L’écho des luttes > Nantes : rassemblement devant cambronne

Nantes : rassemblement devant cambronne

vendredi 20 février 2009

la CGT impôts et trésor remercie vivement l’ensemble des camarades qui se sont mobilisés ce midi jeudi 19 février pour accueillir comme il se doit cet abject Ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique à la cité administrative de Cambronne.

Ce fut un remarquable rassemblement où interpro et collègues des finances se sont retrouvés malgré cette période de vacances et le laps de temps très court pour mobiliser.
Chacun a pu exprimer son mécontentement face à la politique antisociale du gouvernement et du medef.
La CGT était bien présente par ses drapeaux et ses slogans.

Pour la CGT à la DGFIP - Christophe ANDRE


WOERTH A DIT

"Une masse de fonctionnaires qui pèse",
"le plan de rigueur dans la fonction publique ",
qu’"il y a une masse de fonctionnaires aujourd’hui qui est trop importante, très importante, ça pèse financièrement".

- la grève n’est pas une réponse, c’est une honte de "bloquer" tout un pays de la part des "fonctionnaires" avant tout, cela rajoute de la "peur", et "de la crainte à la crainte" alors que la crise est vraiment grave et que la tempête du sud-ouest n’a pas fini de faire des victimes.

- la grève est un comportement décalé dans le contexte international, la seule réponse que pourraient apporter ces foules c’est de "se démener", de "bouger", quoi...

« Il y a d’autres moyens pour se faire entendre » que de faire grève, « On ferait mieux de se serrer un peu les coudes », a-t-il ajouté. Quand on lui objecte que les personnes qui comptent manifester expriment une inquiétude face à la crise : « Qu’ils se démènent, (...) qu’ils bougent, qu’ils ne le fassent pas nécessairement uniquement en défilant ou en râlant ! (...) Qu’ils deviennent des acteurs de la sortie de crise. Et devenir un acteur de la sortie de crise, c’est quand même me semble-t-il se remonter un tout petit peu les manches et se mettre à travailler plutôt à l’unité du pays ».

Le ministre du Budget a par ailleurs déclaré, au sujet des banques : « ça ne me choque pas qu’il y ait des dividendes », même si « la rémunération du travail doit passer (...) avant la rémunération du capital, surtout dans des entreprises qui ont obtenu des aides d’Etat ».

“Le grand problème de l’État, c’est la rigidité de sa main-d’oeuvre. Pour faire passer un fonctionnaire du premier au deuxième étage de la place Beauvau, il faut un an. Non pas à cause de l’escalier [rires dans la salle], mais des corps. Il y a 1400 corps. 900 corps vivants, 500 corps morts [rires], comme par exemple l’administration des télécoms. Je vais les remplacer par cinq filières professionnelles qui permettront la mobilité des ressources humaines : éducation, administration générale, économie et finances, sécurité sanitaire et sociale. Si on ne fait pas ça, la réforme de l’État est impossible. Parce que les corps abritent des emplois inutiles.” “A l’heure actuelle, nous sommes un peu méchants avec les fonctionnaires. Leur pouvoir d’achat a perdu 4,5% depuis 2000.” “Comme tous les hommes politiques de droite, j’étais impressionné par l’adversaire. Mais je pense que nous surestimions considérablement cette force de résistance.

Ce qui compte en France, c’est la psychologie, débloquer tous ces verrous psychologiques.” “C’est sur l’Éducation nationale que doit peser l’effort principal de réduction des effectifs de la fonction publique. Sur le 1,2 million de fonctionnaires de l’Éducation nationale, 800 000 sont des enseignants. Licencier dans les back office de l’Éducation nationale, c’est facile, on sait comment faire, avec Éric Woerth [secrétaire d’État à la Réforme de l’État] : on prend un cabinet de conseil et on change les process de travail, on supprime quelques missions. Mais pour les enseignants, c’est plus délicat. Il faudra faire un grand audit.”

“Le problème que nous avons en France, c’est que les gens sont contents des services publics. L’hôpital fonctionne bien, l’école fonctionne bien, la police fonctionne bien. Alors il faut tenir un discours, expliquer que nous sommes à deux doigts d’une crise majeure - c’est ce que fait très bien Michel Camdessus , mais sans paniquer les gens, car à ce moment-là, ils se recroquevillent comme des tortues.

et oui c’est lui ERIC WOERTH qui a répandu toutes ses insanités sur les fonctionnaires et IL EST A NANTES DEMAIN JEUDI 19 FEVRIER alors VENEZ VENEZ NOMBREUX JEUDI 19 FEVRIER 11H30 CITE ADMINISTRATIVE CAMBRONNE DEVANT LES GRILLES pour lui exprimer ce que vous pensez de sa vision du service public pour lui crier votre colère au visage

l’intersyndicale finances CGT-CFDT-SOLIDAIRES-FO vous y invite

pour l’intersyndicale - christophe andre