Accueil > Archives.........BILLET D’ACTUALITE > Billet d’actualité du 24 mai 2013 Billet de mauvaise humeur

Billet d’actualité du 24 mai 2013
Billet de mauvaise humeur

vendredi 24 mai 2013

Au cours des dernières années, incendies et autres catastrophes ont causé un millier de décès parmi les femmes qui travaillent dans les ateliers du Bangladesh.

Les images de centaines de femmes brûlées vives ou écrasées alors qu’elles confectionnaient des vêtements sont insoutenables et révoltantes.
Les grandes marques de vêtements se fournissent auprès de centaines d’ateliers au Bangladesh. Seules deux firmes ont signé des engagements contraignants sur la construction et les normes de sécurité ! Les ouvrières qui cousent les vêtements de marque travaillent dans des conditions scandaleuses et dangereuses. Ces drames humainement insupportables doivent nous interroger sur le sens et la finalité de la mondialisation du marché du travail. Ce qui est clair, c’est que cette mondialisation a mis en concurrence toutes les travailleuses et tous les travailleurs de la planète, en tirant toujours plus vers le bas les normes sociales, en se servant essentiellement de la peur des délocalisations et des statuts discriminants des femmes et des migrants.
De quoi parle-t-on quand on cible le « coût du travail » comme cause principale d’une soi-disant faible compétitivité ? Parle-t-on du coût des normes de sécurité qui manquent tant au Bangladesh, du coût de salaires nécessaires pour une vie digne ?

Doit-on accepter, les unes et les autres, de travailler dans des conditions telles que nos vies seraient en péril pour que les firmes et les financiers gagnent de plus grandes marges de bénéfice ? Dans la même logique, doit-on accepter les mesures austéritaires, en France et en Europe, qui ne font qu’aggraver la situation sociale, le marché intérieur et exacerber un dumping social néfaste pour tous les travailleurs ? Sûrement pas !

En France, en Europe et dans le monde, il est urgent de faire entendre encore plus fort la voix des salariés, de nous unir et de nous rassembler pour « changer de cap contre les politiques d’austérité », comme l’a décidé la Confédération Européenne des Syndicats (CES) en appelant à une semaine d’actions dans tous les pays, du 7 au 14 juin 2013.