Accueil > L’UFSE > Vie syndicale > Suivi des luttes > L’écho des luttes > MEPRIS, INCOMPETENCE, INCONSCIENCE : LES AGENTS DE L’Acsé SONT EN (...)

MEPRIS, INCOMPETENCE, INCONSCIENCE : LES AGENTS DE L’Acsé SONT EN DANGER

mardi 20 octobre 2009

La RGPP bouleverse l’ensemble des services de l’Etat. Aujourd’hui les modalités de mise en œuvre des restructurations mettent les agents en danger.

Les agents des directions régionales de l’Acsé n’ignorent pas qu’au 31/12/2009 l’intégration dans les DRJSCS (sauf Ile-de-France) est effective. Ils savent tout aussi parfaitement que des changements interviendront dans leur vie professionnelle.

Cependant, tout se passe dans l’opacité la plus totale, la direction se comportant comme ces patrons voyous qui délocalisent en catimini leurs outils de travail, à l’insu de leurs employés.

Les exemples sont multiples :

- c’est souvent au détour d’une conversation anodine avec des prestataires extérieurs à l’établissement que les agents de l’Acsé apprennent que les jours de leurs outils de travail sont comptés : non remplacement d’une ampoule défectueuse, renouvellement incomplet des coupons fréquences de la SNCF, arrêt des contrats des machines à composter…

- les agents de la direction régionale Centre ont été abandonnés pendant plusieurs mois, seuls dans les locaux de la direction régionale, sans aucun soutien de la direction générale, à la suite de départs de l’équipe d’encadrement

- en direction régionale Paca dans le cadre de la préfiguration les agents de l’Acsé sont informés par le préfigurateur d’affectations de postes définitives sans possibilités de recours, sans aucune information préalable, ni aucun accompagnement de la direction.

De fait la direction agit comme si au 31/12/2009, chaque direction régionale devait fermer ses portes, alors que le calendrier de mise œuvre des DRJSCS montre que les échéances prévues ne pourront pas être tenues.

Ces pratiques de management inhumaines placent les agents devant le fait accompli d’une liquidation de leurs activités quotidiennes, d’un déni de leurs compétences et d’une délocalisation de leurs services. Les nombreux congés de maladies ne semblent pas suffisants pour alerter la direction générale. Attend t-elle que nous payions notre tribut comme nos collègues de France Télécom ?

Au moment où, dans le cœur des organigrammes qui se dessinent, les agents de l’Acsé servent de variable d’ajustement, plus aucune hiérarchie n’est positionnée pour les soutenir.

Les Agents du siège sont également dans l’incertitude. Quid de leur rôle et missions, quid des services fonctionnels sans les directions Régionales ?

Nous exigeons :

· la mise en place d’un programme d’informations et d’un soutien en direction des agents, avec des modalités et des échéances précises sur les différents changements à venir ; la direction générale est invitée à s’atteler à cette tâche avec l’appui des directeurs régionaux ,

· des garanties quant aux évolutions des conditions statutaires : salaires, primes, droits et acquis sociaux, temps de travail, mobilité,

· une prime de restructuration aux agents qui rejoindront les DRJSCS,

· la clarification des missions de l’établissement et l’articulation du national avec l’échelon régional en 2010.