Accueil > L’UFSE > Vie syndicale > Suivi des luttes > L’écho des luttes > Refonte de la carte pénitentiaire :

Refonte de la carte pénitentiaire :

mardi 9 février 2010

Personnels en danger !

Destruction du service public pénitentiaire

En moins de 20 ans, près de 30000 places de prisons ont été créées. Ces constructions ont toujours été justifiées pour solutionner le problème de la surpopulation pénale et de la vétusté de la plupart des prisons.
Aujourd’hui, nous pouvons compter 55 000 places de prisons pour 63000 personnes incarcérées.

Les chiffres prouvent incontestablement que l’agrandissement du parc pénitentiaire sans changement de politique pénale est inefficace, même sur du long terme, pour enrayer la surpopulation pénale.

Les derniers programmes immobiliers ont été effectués avec le concours de sociétés privées dans le cadre de partenariat public-privé.
Selon l’Etat, la première raison de faire appel à des prestataires privés serait financière et économique.

Là aussi, les chiffres confirment que la gestion privée coûte plus cher que la publique.
Pour exemple : à la direction interrégionale de Lille, la gestion déléguée représente 60 % du budget de fonctionnement pour 36 % de la population carcérale. Entre autre, la location du CP Le Havre s’élève à 8 millions d’euros par an sur 30 ans.

Lire la suite : ici