Accueil > La Fonction publique > Organisation territoriale > Situation des agents des Centres Interministériels de Renseignement (...)

Situation des agents des Centres Interministériels de Renseignement Administratif

jeudi 30 octobre 2008

Courrier de l’UGFF à Monsieur le Premier Ministre.

Sur la situation des agents des Centres Interministériels de Renseignement Administratif dont l’emploi est directement menacé par les décisions de Conseil de modernisation des politiques publiques du 12 décembre 2007 visant au regroupement des 9 CIRA.


Monsieur le Premier Ministre,

Mon attention a été appelée sur la situation des agents des Centres Interministériels de Renseignement Administratif dont l’emploi est directement menacé par les décisions de Conseil de modernisation des politiques publiques du 12 décembre 2007 visant au regroupement des 9 CIRA.

Pour ce qui nous concerne, nous n’avons pas été consultés sur ce projet, qui, au demeurant, ne nous parait pas s’inscrire dans une perspective d’amélioration du service rendu aux usagers.

Il demeure la question du devenir des personnels. Elle a été débattue lors du CTPM du 31 janvier 2008. Le secrétaire général du gouvernement avait pris l’engagement de création d’une cellule de reclassement pour l’ensemble des personnels concernés. " Une mission d’accompagnement " devait être rapidement installée sur le modèle mis en place précédemment pour l’ENA en concertation avec les organisations syndicales.

Il apparaît qu’aucune de ces mesures n’a été prise à ce jour. En outre, lors du CTPS des CIRA du 17 octobre 2008, il a été annoncé que la cellule de reclassement n’était plus à l’ordre du jour. Seule serait envisagée la création de " missions " au niveau régional.

Je m’étonne que les engagements pris solennellement ne soient pas respectés.

Vous aviez vous-même déclaré à l’occasion de la présentation de vos vœux au personnel que la plus grande attention serait apportée aux agents qui seront impactés par la RGPP. Sans revenir dans le cadre de ce courrier sur le fond de cette réforme que la CGT conteste, je vous demande instamment le réexamen des mesures prises afin que le traitement du dossier soit assuré au niveau national, dans des conditions permettant à chaque agent de retrouver un poste correspondant à sa qualification et à ses souhaits.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de mes salutations distinguées.

Jean-Marc CANON

Secrétaire Général