Accueil > Archives.........BILLET D’ACTUALITE > Billet d’actualité du 22 janvier 2016

Billet d’actualité du 22 janvier 2016

vendredi 22 janvier 2016

26 janvier : mobilisation des fonctionnaires ou bonneteau du gouvernement

-

Question à 100 balles : de combien va être l’augmentation du point d’indice après négociation au printemps 2016 ?

Réponse : sans mobilisation des fonctionnaires, ce sont eux qui la financeront.
Comment ?

De deux façons :

-  par l’augmentation du la cotisation retraite des fonctionnaires de + 0.40% en 2016 soit grosso modo 400 millions prélevés sur la rémunération indiciaire des 3 versants de la Fonction publique ;

-  par la suppression des réductions d’ancienneté d’échelon annuelles, soit grosso modo 400 millions prélevés sur la rémunération indiciaire de tous les fonctionnaires.

N’oublions pas que 1% d’augmentation du point d’indice c’est environ 1 milliard en année pleine, à quoi on doit rajouter l’effet sur certaines primes.
Si le point d’indice a perdu 5% par rapport à l’inflation depuis le blocage du point d’indice de juillet 2010, l’essentiel de cette perte a eu lieu sous la présidence Sarkozy, l’indice INSEE passant de 120.02 en juin 2010 à 124.73 en mai 2012, soit 4% de pertes.

La politique d’austérité et de déflation du président Hollande a contribué à une faible inflation depuis, l’indice INSEE passant de 124.73 en mai 2012 à 126.03 en décembre 2015 soit près de 1% en tout, et de 0.2 à 0.3% en 2015 après rien en 2014 (125.02 en décembre 2012, 125.82 en décembre 2013, 125.81 en décembre 2014).

Ce que s’apprête à faire le gouvernement est très clair, il compte sortir du gel du point d’indice à moindre frais, en s’appuyant sur la très faible inflation des deux dernières années, et en faisant financer cette augmentation faible par la suppression en particulier de la durée minimale de carrière.

C’est la politique du bonneteau, où on croit qu’on va gagner alors qu’on va perdre, de l’illusion et de l’austérité maintenue envers et contre tout.
Selon la ministre de la Fonction publique elle-même, le gel du point d’indice a permis de faire 7 milliards d’économies budgétaires, et l’augmentation du point d’indice prévue par le gouvernement ne sera « sans doute pas à la hauteur » des demandes des organisations syndicales.

Seul le rapport de force permettra de sortir de ces règles du jeu biaisées, où toute mesure en faveur des fonctionnaires se retourne contre eux parce qu’ils la financent de leur propres deniers.

C’est un rattrapage du point d’indice bien plus conséquent qui est nécessaire, et nous l’exigerons tous ensembles le 26 janvier dans la grève et dans la rue.