Accueil > Archives.........BILLET D’ACTUALITE > Billet d’actualité du 5 février 2016 La CGT refuse l’Etat d’urgence (...)

Billet d’actualité du 5 février 2016
La CGT refuse l’Etat d’urgence permanent

jeudi 4 février 2016

Les mesures d’exception prises par le gouvernement sont non seulement inefficaces face au terrorisme, mais elles menacent les libertés individuelles et collectives. Cela n’empêchera pas ce même exécutif de les prolonger et maintenant de vouloir instaurer un état d’urgence permanent.

C’est ainsi qu’il faut comprendre la volonté de François Hollande de faire passer au Parlement, la loi qui prévoit de renforcer les pouvoirs de la police et du parquet. L’exception deviendra la règle, l’arbitraire deviendra la loi, la justice indépendante sera définitivement écartée.

Inacceptable pour la CGT !!

Ce même texte installe un dispositif pérenne de contrôle occulte des citoyens dont il confie au pouvoir exécutif un usage quasi illimité. De quoi inquiéter ceux qui travaillent sous le sceau du secret professionnel ou du secret des sources (travailleurs sociaux, médecins, journalistes..) C’est aussi la mise en danger des lanceurs d’alerte, dont les militants syndicaux !!

Ce tour de vis sécuritaire et inefficace est loin de faire l’unanimité. Nombre de citoyens (voir le nombre de rassemblements) pose la question de l’efficacité de l’État d’urgence et plus encore de la déchéance de la nationalité dans la lutte contre le terrorisme. Ils sont nombreux à s’apercevoir que le gouvernement met à profit la peur d’attentats terroristes pour imposer un tour de vis sécuritaire vis à vis de militants syndicaux, politiques assignés à résidence et ou menacés de prison.

Le gouvernement se resserre autour d’un exécutif tout puissant qui pousse les « contres réformes » qui aggravent les souffrances, écornent les idées, valeurs et fondement de la république.

La CGT dit NON au projet de déchéance de nationalité, NON à une démocratie sous état d’urgence, NON à une réforme constitutionnelle imposée sans débat !

La mobilisation citoyenne qui commence à émerger devra s’amplifier pour faire reculer ce funeste projet de constitutionnalisation des mesures d’exception !