Accueil > Archives.........BILLET D’ACTUALITE > Billet d’actualité du 12 février 2016

Billet d’actualité du 12 février 2016

jeudi 11 février 2016

Syndicalistes, pas voyous !

Lors de notre dernier billet, nous vous parlions de l’état d’urgence qui sert de prétexte pour interdire toute manifestation sociale dans le pays. Le climat est tellement délétère que les syndicalistes menant une action syndicale spectaculaire sont montrés du doigt et accusés par la justice ! Il existe deux poids, deux mesures car si on est taxi, on peut balancer des pneus enflammés sur le périphérique parisien et si, on est agriculteur, on peut casser une préfecture et déposer des rats morts et vivants dans les services sans être inquiété. Une employée de la préfecture du Cantal s’est même fait mordre par un rat sans que cela n’émeuve grand monde. C’est faire bien peu de cas des travailleurs !

Les syndicalistes sont des cibles de choix car ils défendent les intérêts des salariés, qui souvent, sont sacrifiés sur l’autel du profit. D’un profit « acceptable » pour les dirigeants et les actionnaires, recherche d’un profit toujours plus élevé au détriment de la santé des salariés et du travail « bien fait ». Ambitionner le « bien-travailler », le « bien-être » et l’épanouissement au travail, tel est l’enjeu que la CGT a décidé de relever lors des différents Congrès et qui sera au centre du prochain. La crise que nous subissons est avant tout celle de la dévalorisation continue du travail, depuis des années, au profit du capital. Gagner une revalorisation du travail ne peut se faire sans se mêler de son contenu, de son sens, de son organisation.

Cela passe obligatoirement par l’intervention des travailleurs qui, tous les jours, souffrent de ne pas bien faire leur travail comme ils le voudraient. Or s’épanouir dans son travail, s’émanciper par le travail est gage de bonne santé pour les travailleurs. C’est parce qu’ils ont compris ça, que l’Etat et le patronat font tout pour criminaliser l’action syndicale. C’est parce que nous avons compris ça que nous ne céderons pas devant les pressions et les intimidations !