Accueil > Archives.........BILLET D’ACTUALITE > billet d’actualité du 10 mars 2017 mobilisations & rapport de (...)

billet d’actualité du 10 mars 2017
mobilisations & rapport de forces

vendredi 10 mars 2017

Cette semaine a été riche en mobilisation. Le 7 mars, les agents des services publics se sont fortement mobilisés. Ils ont été plus de 100 000 à manifester dans toute la France, dont au moins 35 000 à Paris. Le 8 mars, dans le cadre de la journée internationale pour les droits des femmes, de nombreux rassemblements ont eu lieu (300 ont été recensés). Ce 8 mars marque un tournant et un cap. Le message envoyé aux pouvoirs publics, au patronat et aux candidat-es aux élections présidentielle et législative est clair. Non seulement, nous n’accepterons aucun recul ou remise en cause des droits et libertés des femmes mais nous entendons bel et bien en conquérir de nouveaux et imposer l’égalité !

Dans un contexte caractérisé par la séquence des échéances électorales où certains candidats développent des propositions pour le moins nauséabondes, les salarié-es portent des revendications de progrès social pour l’ensemble de la population, s’opposent frontalement aux politiques libérales et d’austérité d’aujourd’hui comme de demain. La séquence de mobilisation n’est pas terminée. Le 21 mars, la CGT et ses organisations appellent à faire converger les luttes dans une journée interprofessionnelle de mobilisation pour la défense, la reconquête et le développement de l’industrie et des services publics. Le 30 mars, elles appellent à faire de la journée unitaire d’action des retraités une réussite la plus forte possible.

C’est parce que la CGT n’a jamais confondu l’indispensable indépendance syndicale avec l’immobilisme qu’elle s’inscrit résolument à l’offensive.

Le gouvernement continue de faire la sourde oreille aux revendications des salarié-es, des privé-es d’emplois et des retraité-es.

Dans la fonction publique de l’Etat, la dernière preuve en date est son immobilisme pour faire reconnaitre comme site amianté l’immeuble dit du tripode de Nantes, alors que celui-ci a été détruit à cause de la présence massive d’amiante et qu’une étude épidémiologique montre que les agents ayant travaillé dans cet immeuble vivent 6 ans de moins que les autres agents des mêmes administrations travaillant en d’autres lieux. Cette mesure permettrait à quelques centaines d’agents de bénéficier d’une pré-retraite amiante mais le gouvernement, saisi depuis des mois de cette affaire, tergiverse en laissant les gens mourir. Comment peut-on réagir de la sorte devant ce drame humain ? Pendant ce temps, au niveau Européen, les experts du comité scientifique en matière de limites d’exposition professionnelle et l’industrie (scoel), composé d’experts ayant des liens étroits avec les industries à l’origine de substances cancérogènes s’apprêtent à définir des seuils limites d’exposition mettant en danger la santé et la vie de plusieurs milliers de salariés.

Il est temps de changer cette société et la mobilisation, le rapport de forces sont les meilleurs moyens d’y arriver !