Accueil > Vie des personnels > Santé - Travail > Hygiène, sécurité, conditions de travail > COVID-19 : situation dans les ministères > Les violences conjugales et intrafamiliales au temps du confinement : une (...)

Les violences conjugales et intrafamiliales au temps du confinement : une urgence syndicale !

jeudi 2 avril 2020

Forte augmentation des violences intrafamiliales

- Une femme décède sous les coups de son partenaire ou de son ex-partenaire tous les trois jours (1) ; un enfant meurt tous les cinq jours sous les coups de l’un de ses parents.
- En moyenne, au cours d’une année, 219 000 femmes déclarent subir des violences physiques et/ ou sexuelles commises par leur ancien ou actuel mari, concubin, pacsé ou petit-ami (2). Ce chiffre ne couvre pas l’ensemble des violences au sein du couple puisqu’il ne rend pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives. On estime en France à près de 4 millions le nombre d’enfants témoins de violences conjugales.
- 14 % des Français.e.s disent avoir été victimes de maltraitance dans leur enfance.
- Chaque année en France, 165000 enfants sont victimes de viols et violences sexuelles, majoritairement au sein de leur famille
- Avec le confinement, ces violences conjugales et intrafamiliales ont augmenté de plus de 30 % : 32 % de signalements de plus ont été enregistrés par la gendarmerie sur une semaine, et 36 % pour la région parisienne.

Pour en savoir plus, cliquer ICI

- Communiqué CGT « Violences conjugales : il faut protéger les travailleuses ! »

- Site confédéral CGT « Forte augmentation des violences intrafamiliales »