Accueil > Vie des personnels > Santé - Travail > Hygiène, sécurité, conditions de travail > COVID-19 : situation dans les ministères > Archéologie et monuments historiques : non à une reprise à marche forcée (...)

Archéologie et monuments historiques : non à une reprise à marche forcée !

vendredi 17 avril 2020

Alors que la sortie progressive du confinement a été actée pour le 11 mai par le Président de la République s’adressant aux Français le lundi 14 avril, les pressions se multiplient au sein du Ministère de la Culture pour une reprise anticipée des secteurs de l’archéologie préventive, des Monuments Historiques et abords.

Les missions de protection du patrimoine assurées assurées par les archéologues à l’Inrap et les autres opérateurs d’archéologie préventive, par les agent.es des Services déconcentrés (SRA, CRMH, UDAP) et ailleurs ne sauraient être considérés comme des freins à une reprise économique que le gouvernement appelle de ses vœux. Le 19 mars la Ministre du travail, Muriel Pénicaud accusait déjà de « défaitisme » le secteur du BTP pour avoir interrompu les chantiers pour respecter le confinement annoncé deux jours plutôt par le Président de la République.

Pour en avoir plus, lire le communiqué intersyndical