Accueil > Société / Mobilisations > Une baisse encore une fois en trompe-l’œil occultant l’augmentation de la (...)

Une baisse encore une fois en trompe-l’œil occultant l’augmentation de la précarité

jeudi 28 avril 2022

Pôle Emploi et la Dares viennent de publier les chiffres des demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi au premier trimestre 2022. Si le gouvernement estime que personne ne compte les catégories B et C du chômage, c’est bien parce que cela l’arrange ! En effet, les chiffres du chômage publiés ce matin viennent confirmer l’accroissement de la précarité.

Ainsi, la catégorie A, comptabilisant les seules personnes au chômage total un mois donné, baisse de 5,3% au premier trimestre 2022. Les privés d’emploi, qui travaillent en partie, en catégorie B voient leur effectif augmenter de 2,6% et ceux de la catégorie C stagnent.
L’exécutif se vante d’avoir fait baisser le nombre de privés d’emploi mais est-ce un exploit lorsque celui des bénéficiaires des minima sociaux est en hausse, à cause de la hausse du nombre de radiations induites par la réforme d’assurance chômage ? Car, c’est là que les chiffres publiés par la Dares sont édifiants : les radiations administratives sont en hausse de 40,8% sur un an ! Quel bilan ! Il y a moins de chômeurs non pas par leur retour à l’emploi mais simplement parce qu’ils sont… radiés !

Pour en savoir plus, lire le communiqué CGT

Rappel :

- Plus que jamais, un 1er Mai sous le signe de la lutte